CARD-CEMAC
C2PADP

Campagne de proximité N°2 à Douala 3èmè

CAMPAGNE DE PROXIMITE SUR LES METIERS DE LA BEAUTE ET DU BIEN-ETRE.

 

ATELIER N°2

Le 27 Mai 2013 à l’espace  métiers sis au quartier Dakar.

 

 

LE RAPPORT

THEME : TON SAVOIR-FAIRE EST DEJA UN EMPLOI, UNE ENTREPRISE : IL FAIT DE TOI UN PATRON. FAIS LE VIVRE, FAIS-LE GRANDIR ET DEVELOPPE

 

 

SOMMAIRE

INTRODUCTION

THEME 1 : Metiers de la beaute et du bien-être : activites artisanales -

THEME 2 : Metiers de la beaute et du bien-etre base de creation d’emploi, de pme et d’entreprise artisanale : avenir

THEME 3 : Formation-apprentissage moyens de maitrise du metier et de la profession.

THEME 4 : Creation -migration-existence

THEME 5 : L’identite fiscale

THEME 6 : Financement

THEME 7 : Les metiers de la beaute et du bien-etre et l’hygiene du milieu

 

ABREVIATION

CARD : Cercle d’assistants en ressources pour le développement durable.

C2PADP : cemac pme-pmi&artisanat development program.

ASSEF : Association pourl’Encadrement de la Femme et de la Famille.

MINEFOP : Ministère de l’emploi et de la formation professionnelle).

MINPMEESA/Wouri : Ministère des petites et moyennes entreprises de l’économie sociale et de l’artisanat/department du Wouri).

MINATD : Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation.

DQP : diplôme de qualification professionnel.

CFCE : Centre de formalités de création d’entreprise.

 

  1. INTRODUCTION

Ce deuxième atelier est organisé dans le cadre de l’exécution de la campagne de proximité sur les métiers de la beauté et du bien-être dans les Cinq arrondissements de la ville de Douala, en vue de la tenue d’un atelier sous régional de renforcement des capacités dans la zone Cemac. Le Cercle d’assistants en ressources pour le développement durable(CARD) à travers son programme Cemac Pme-Pmi & Artisanat Dévelopment program (C2PADP) reuni tous les acteurs du secteur de la beauté et du bien-être afin de les amener à comprendre le rôle fondamental qu’ils jouent dans la société.

 

Programme de la journée

HEURES

ARTICULATIONS

ANIMATEURS

11h00 – 11h30

Arrivée et enregistrement des panelistes et invités.

CARD – C2PADP

11h35 – 10h45

Mot de bienvenue du Coordonnateur du programme C2PADP-CARD.

11h45 - 12h00

Thème 1 : Métiers de la Beauté et du bien- être : activités artisanales

MINPMEESA/Wouri

12h00 - 12h15

Thème 2: Métiers de la beauté et du bien-être base de création d’emploi, de Pme et d’entreprise artisanale : avenir

MINEFOP

12h15 - 12h30

Thème 3: Formation-apprentissage moyens de maitrise du métier et de la profession.

ASSEF

12h30 - 12h45

Thème 4 : création -migration-existence les métiers de la beauté et du bien-être : activités artisanales.

MINPMEESA/Wouri

12h45 - 13h00

Thème 5 : identité fiscale : pourquoi et quels atouts pour son développement et sa croissance ?

FISCALISTE

13h00 - 13h15

Thème 6: Financement

SPECIALISTE DE FINANCEMENT

13h15 - 13h45

Thème 7: Métiers de la beauté et du bien-être  et l’hygiène du milieu

CARD-C2PADP

13h45 - 14h00

ATELIER-DEBAT (Questionnaire)

PANELISTES ET PARTICIPANTS

14h00 - 14h15

Témoignage-portrait (Production ARTICEMACNEWS)

CARD-C2PADP

14h15 – 14h30

Present-me

14h30 - 15h45

Zoom sur  l’activité

15h00

Clôture

 

  1. DEROULEMENT DE LA SESSION

Mot de bienvenue

Le Coordonnateur du CARD Monsieur Jean-Marie SITA a adressé les souhaits de bienvenue aux participants,  puis a relevé dans ses propos l’enjeu de cet atelier qui vise à Informer, éduquer et conscientiser les artisans du secteur de la beauté et du bien-être. Par ailleurs le but étant de valoriser les artisans il a à cet effet encouragé les participants à être très attentifs pendant les travaux.

 

THEME 1 : METIERS DE LA BEAUTE ET DU BIEN- ETRE : ACTIVITES ARTISANALES

Dans une démarche d’exposé, et après avoir félicité l’initiative du CARD quant à son initiative à rehausser le secteur artisanal, l’animateur de ce thème : M. le Délégué Départemental des Petites et moyennes entreprises de l’économie sociale et de l’artisanat (Minpmeesa/wouri) M. Joseph BIPOUPOUTH nous a présenté la place des métiers de la beauté et du bien-être dans les activités artisanales.

A .C’est quoi l’artisanat ?

C’est un ensemble d’activités d’extraction, de production, de prestation de services essentiellement manuels.

Suite à une expérience qu’il a vécu sur le terrain face à une couturière à qui il a demandé de lui indiquer où il pouvait trouver des artisans et à celle-ci de lui dire qu’elle savait qu’il sont quelque part dans le quartier mais elle ne sait où, il a compris que celle-ci ne savait pas qu’elle-même en était une. Alors il a éclairé l’auditoire sur les types d’artisanat.

B.Les types d’artisanat.

L’artisanat est subdivisé en trois groupes à savoir :

  • L’artisanat d’art qui regroupe les coiffeurs, esthéticiens, peintres etc…
  • L’artisanat de service constitué des pousseurs, taximen, call boxeurs etc…
  • L’artisanat de production comprenant les couturiers, menuisiers etc...

L’Etat camerounais dans sa démarche pour la promotion de la pme a mis sur pieds un ensemble de mesures à travers les lois suivantes :

  • La loi N° 2012/001 du 13 Avril 2010 portant promotion des petites et moyennes entreprises au Cameroun.
  • La décision N°0077 CAB/MINPMEESA Du 03Juillet 2012 portant publication de la liste des métiers arisanaux

 

THEME 2 : METIERS DE LA BEAUTE ET DU BIEN-ETRE BASE DE CREATION D’EMPLOI, DE PME ET D’ENTREPRISE ARTISANALE : AVENIR

Comment les métiers de la beauté et du bien-être peuvent être modérateurs de création d’entreprises ?

Pour répondre à cette interrogation le Conseiller N°1 à la Délégation du Ministère de l’Emploi et de le Formation Professionnelle (MINEFOP) pour le Littoral M. Blaise MOTSEBO a donné des orientations.

Dans l’exécution de ses tâches en tant que conseillé d’orientation il a remarqué que les plupart des élèves et étudiants rêvent de travailler dans une grande société ou être dans un bureau et négligent  de ce fait que eux même peuvent créer leurs entreprises. Face à de nombreux échecs aux différents concours d’admissions aux grandes écoles du Cameroun, à peine 5% d’entre eux se tourne vers les métiers de la beauté et du bien-être.

  1. Pourquoi choisir ces métiers ?

L’imagerie populaire a toujours classifié ces métiers comme de sots métiers ou des moyens de subsistance face au chômage. Mais leur raisonnement n’est pas à considérer car à s’informant efficacement, on constate que étudier ces métiers revient à :

  • Étudier la science car l’on doit savoir à quel type de cheveux on a à faire
  • Etudier la chimie car les coiffeurs utilises des produits chimiques dont il faut connaitre l’impact sur le cuir chevelure.
  • Etudier la comptabilité pour ne pas faire du commerce et ne pas avoir de bons résultats. Et bien d’autres notions encore.

Par ailleurs les jeunes ont le désir de travailler à l’extérieur du pays mais ignorent que travailler pour un salon de coiffure en Europe nécessite que vous soyez diplômé et qualifié dans cette spécialité. D’où le rôle de l’Etat dans la démarche d’accompagnement des jeunes artisans.

  1. Stratégies proposées pour orienter les actions.

L’Etat Camerounais, pour encourager les jeunes entrepreneurs a mis sur pied des offres de bourses pour des formations. Il s’est donc assuré que le programme de formation soit unique dans tous les centres de formation agréés et les études sont couronnés d’un examen national qui donne accès à un diplôme de qualification professionnel (DQP).celui –ci indique aussi la catégorie socio-professionnel de celui qui l’as reçu.

Ce diplôme est aussi valable à l’extérieur du pays et évite les rétrogrades et des cours de remise à niveaux qui durent parfois deux ans lorsqu’on sort du pays.

 

THEME 3 FORMATION-APPRENTISSAGE MOYENS DE MAITRISE DU METIER ET DE LA PROFESSION.

Etre une star de la beauté est une grand defis pour ceux qui pratiquent cet art .par conséquent afin de mieux faire son travail il faut le maitriser et la maitrise passe par la formation.Mme OUADJA Josiane,  Présidente de l’Association pour l’Encadrement de la Femme et de la Famille (ASSEF) et aussi promotrice d’un centre professionnel de formation aux métiers de la beauté à tenue à donner les enjeux de la formation comme base de la maitrise du métier.

LA FORMATION DANS LE SECTEUR DE LA BEAUTÉ ET DU BIEN ÊTRE.

Exercer ce  métier demande de l’apprentissage ; bien que beaucoup aient le donde la coiffure ou de l’esthétique. Il ne faudrait surtout pas perdre de vue que la coiffure, l’esthétique, la parfumerie, la joaillerie etc.… sont des sciences et doiventt par conséquent d’être étudiées. Raison pour laquelle nous parlons de formation. Elle est importante pour les trois raisons ci-après :

  • La formation : moyen de connaissance
  • La formation : source d’épanouissement,
  • La formation : instrument de croissance économique

I.Formation: moyen de connaissance

Tout métier est une science et nécessite d’être appris. Nous ne pouvons pas travailler sur une matière sans la connaître. 

Ex. : Pour fabriquer un bijou, on choisi sa matière qu’on doit maitriser

Ex. : La peau, les cheveux, le tissu ; vous ne pouvez pas faire une jupe plissée avec du tissu Jean. Ça ne tiendrait pas.

II.Formation : source d’épanouissement

En effet, lorsque vous maîtrisez votre travail sur le plan artistique et scientifique,

Vous répondez aisément aux préoccupations de vos client(e)s. Vous êtes confiant dans votre travail et la satisfaction de vos client vous proccure une grande joie.un travail bien fait permet de fideliser les clients.

III. Formation : instrument de croissance économique

La formation permet de rompre avec la routine donc de créer en permanence et d’attirer de plus en plus la clientèle.

  • Exemple simple : Une coiffeuse qui parle du dernier séminaire à sa cliente et qui à travers cette conversation aide la cliente à s’informer va conserver  sa cliente au lieu de la faire fuir avec des comérages qui sont très fréquents dans les salons de coiffure.
  • Une cliente qui remarque que l’aspect de sa peau reste beau à voir en tout temps ne peutque se fidéliser et se fier à son esthéticienne.

La formation permet de comprendre aisément le rôle d’une coorporation, l’avantage à être en  groupe plutôt que d’évoluer en solitaire. Actuellement au Cameroun le secteur de la beauté est le seul qui n’a pas en son sein un organe fédérateur et d’encadrement qui permettrait à ses acteurs dela beauté et du bien être de parler tous ensemble de leurs problèmes et rechercher des solutions.

Comment sortir de l’informel et s’affirmer comme entreprise générartice de revenus pour l’économie du pays ?

 

THEME 4 : CREATION -MIGRATION-EXISTENCE

Etre acteurs de métiers de la beauté et du bien-être signifie qu’on fait partir des acteurs économiques de la Société. « Pratiqué son art c’est bien mais le pratiqué avec brio c’est encore mieux » d’après M. Bipoupouth. En créant, le but visé c’est de se retrouver en haut de l’échelle. La médiocrité ne fait pas partir du vocable de celui qui veut réussir.

  • Réussir implique respecter les normes et les règlementations en vigueur. Pour aider les artisans dans la lutte contre l’informel, l’Etat à travers le Ministère des petites et moyennes entreprises de l’économie sociale et de l’artisanat a mis sur pied La loi N° 2007/004 du 03 Juiller 2007 regissant l’artisanat au Cameroun du décret N° 2012/29996/PM du 03 Novembre 2010. Elle définit les modalités d’enregistrement des artisans pendant la période allant du 01er Janvier au 31 Mars.

Les documents à fournir sont les suivants :

  • Une fiche de déclaration des activités que l’on retrouve dans les communes des différents arrondissements de la ville.
  • Une photocopie simple de la carte nationale d’identité.
  • Un plan de localisation.

Après avoir remis tous ces documents une attestions d’enregistrement est directement remise et qui donne droit quelques jours après à une carte d’artisan.

En outre la création d’entreprise aussi a été simplifié car l’Etat a opté de travailler sur la base de la confiance. A cet effet crée son entreprise devient un jeu d’enfants grâce au centre de formalités de création d’entreprise (CFCE) qui a juste besoin des pièces ci-après :

  • Une attestation de résidence
  • 01 photo 4x4
  • Un plan de localisation
  • Un extrait de casier judiciaire (ceux qui ne peuvent pas aller récupérer leur extrait peuvent passer au centre et signer une déclaration sur l’honneur.
  • Une somme de 41 500F CFA (quarante un mille cinq cent francs)

Après avoir remis ces documents le futur chef d’entreprise après 72heures a droit à :

  • Un registre de commerce
  • Une patente (elle est exonérée pendant deux exercices à compter de sa date de délivrance).
  • Une carte de contribuable.

Mais créer son entreprise ne suffit pas pour se dire qu’on est un chef d’entreprise.il faudrait aussi prendre en compte le point ci-après :

 

THEME 5 : L’IDENTITE FISCALE

Lorsqu’on aborde le sujet des impôts tous les acteurs économiques pensent que c’est pour  nuire à leur activités pourtant ce n’est pas le cas.Le fiscaliste M.Mbiami a donné quelques eclairages d’après la loi des finances camerounaise.

De prime à bord pour qu’un pays fonctionne tous les citoyens ont des contributions à verser. L’Etat prélève toujours quelque chose dans toute activité pécuniaire.

 En ce qui concerne les artisans du secteur beauté et bien être (salons de coiffure et de beauté) l’impôt intervient aussi. Ceux-ci sont soumis à l’impôt libératoire car ils constituent l’entreprise à une échelle réduite.

Tableau recapitulatif des sommes à verser selon la catégorie de chacun

Catégorie

Somme approximative à payer/an

en Fcfa

A

20 000

B

20 001 à 40 000

C

40 001 à 50 000

D

100 000

NB : les versements se font par trimestres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classiffication des catégories à partir du Chiffre d’affaire :

  Moins de 2 500 000 /an- - - - - - - - - - - - - - -    catégorie A

  Entre 2 et 5 millions /an- - - - - - - - - - - - - - -   catégorie B

  Entre 5et 7 millions/an - - - - - - - - - - - - - - - - -  catégorie C

  Entre 7 et 10 millions/an - - - - - - - - - - - - - -    catégorie D

En ce qui concerne la classification des coiffeurs et coiffeuse, elle est repartie de la manière suivante :

 Les coiffeurs ambulants- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - -           catégorie A

 Salons ayant 1à 3 employés avec 1 casque - - - - - - - - - - -           catégorie B

 Salons ayant 3 à 5 employés avec 2casques  - - - - - - - - - -           catégorie C

 Salon ayant au moins 5 employés     - - - - - - - - - - - - -- - -             catégorie D

NB : on peut aussi attribuer une catégorie en fonction du standing du salon.

Mais devenir créateur d’entreprise n’est pas toujours chose facile quand on n’a pas les fonds nécessaires. A cet effet l’expert en financement de micro entreprise nous donne la démarche à suivre pour obtenir un financement.

 

THEME 6 : FINANCEMENT

Il a été question de présenter à l’assistance toutes les modalités nécessaires pour l’obtention d’un crédit dans une micro finance.

A la question de savoir ce que c’est qu’un financement, Monsieur Samuel Toumewo repond : c’est un argent obtenue sous forme de prêt moyennant des interêts.pour prétendre en un financement, il faut tout d’abord savoir au préalable quels sont documents constitutifs du dossier.

Avants les pièces administratives il faudrait remmettre sur écrit une étude de faisabilité qui permettrait au banquier de connaitre l’activité en projet.A ce document on joint donc :

  • 01 photocopie de la Carte nationale d’identité en cours de validité
  • 02 photos 4x4
  • 01 plan de localisation
  • Un  minimum d’ouverture de compte prévu par chaque établissement financier.

Pour les associations pièces à fournir :

  • Les statuts légalisés de l’association.
  • Une autorisation du MINATD.
  • Une autorisation d’ouverture de compte.
  • La determination de pouvoir (signataires).
  • Une carte de contribuable.

Il a mis l’accent sur le fait que avant et après l’obtention du crédit une commission d’enquête est envoyée sur le terrain pour suivre à la lettre les activités des meneurs de projets à financer. Comme conseil à tous ces acteurs il demande d’envoyer leurs projets pour étude et les invite à mettre sur pied des stratégies de fidélisation des clients.

THEME 7 : LES METIERS DE LA BEAUTE ET DU BIEN-ETRE ET L’HYGIENE DU MILIEU

Au regard de tout ce qui a été dit, nous ne pouvons parler de bien-être, de beauté sans parler de l’hygiène.le Coordonnateur du CARD M. Jean Marie SITA a precisé à tout les participant qu’il sont le premier produit à vendre c’est-à-dire qu’ils doivent refleter sur eux-même et dans leur lieu de travaille resultat que le client recherche.

Les acteurs de ces métiers en Afrique n’ont pas encore véritablement saisi leur importance pourtant elle est capitale.Dans le monde du cinema le beau est exigé pour capter les attentions. En medecine par exemple, un Docteur ne pourrait pas conseiller des règles d’hygiène à un patient si lui-même il reflête la saleté.

Mais nous constatons que c’est au millieu de zone sales et mal entretenues que certains acteurs intallent leurs activités, d’autres ne prennent même pas le temps de steriliser le materiel.

Il était question de mettre un accent sur :

  • L’hygiène corporelle
  • L’hygiène du milieu
  • L’hygiène du materiel.

A l’issue de tous ces exposés les participants ont été amenés à poser des questions sur leurs zones d’ombre auquels les experts présents ont tour à tour repondus.par ailleurs la dernière partie de l’atelier a été consacré à des activités constituant l’ARTICEMACNEWS qui est  Journal en ligne du programme à voir sur          www.card-cemac.fr.gd ;

Lien facebook : card-cemac.

 

         Rapport rédigé sur les notes d’Emmi WONDJE, secrétaire de séance,

         Et approuvé Par M. Jean-Marie SITA Coordonnateur du CARD-C2PADP

       Le 08 Juin 2013